Informez-vous

Votre source d’information par excellence sur les dernières tendances touchant la justice de genre et les droits des femmes dans le monde

De quoi nos mouvements ont-ils besoin pour se renforcer ?

Aimee Santos-Lyons

Fenya Fischler

Lorsqu’on demande aux organisations et aux mouvements ce dont ils ont besoin pour se renforcer, leur réponse est souvent sans équivoque : améliorer les rapports et les partenariats au sein de leur secteur et entre les mouvements.

De nombreuses organisations sont conscientes du fait qu’un renforcement de leur organisation et un leadership adéquat sont indispensables pour pouvoir s'exprimer d'une voix forte et nous faire progresser vers un monde juste. Le Forum du Brésil sera donc pertinent et à l’écoute des besoins de nombreuses organisations en termes de construction de mouvement. Ce Forum sera l’occasion pour nos groupes de converger et de rompre l’isolement, d’apprendre énormément les uns des autres et de nous inspirer des innombrables stratégies actuelles face aux redoutables menaces et attaques auxquelles nous sommes confronté-e-s .


Qu'est-ce qui renforce votre mouvement ? 

1. Le Durbar Mahila Samanwaya Committee & Movement of Sex Workers (Comité et mouvement des travailleuses-eurs du sexe Durbar Mahila Samanwaya) 

Basé à Calcutta, le collectif indien regroupe 65 000 travailleuses-eurs du sexe. Il représente l’instance exclusive réunissant les travailleuses-eurs du sexe (femmes, hommes, transgenres) au Bengale occidental, en Inde.

  • Nous deviendrons plus fort-e-s lorsque nous pourrons établir des alliances solides avec les travailleuses-eurs du secteur informel et positionner le mouvement des travailleuses-eurs du sexe dans le cadre plus large du mouvement syndical indien. Le mouvement des travailleuses-eurs du sexe doit s’intégrer à d’autres coalitions qui combattent la violence sexuelle et celle basée sur le genre. Il est fondamental de mener des activités de plaidoyer et de lobby efficaces à l’échelon national pour mettre un terme à la pénalisation du travail sexuel. De même, des efforts conjoints devront être faits pour encourager la recherche sur les thèmes du sexe, de la sexualité et des minorités sexuelles dans tous les secteurs de la société, à l’échelle nationale. La création d’une base de soutien solide et la remise en question des stéréotypes au niveau des médias et des universités serait également une bonne chose pour renforcer notre mouvement.

 

2. HomeNet South Asia

HomeNet cherche à promouvoir une solidarité régionale entre les travailleur-euses à domicile, et en particulier celle des travailleuses, afin qu’elles parviennent au niveau d’autonomie nécessaire pour avoir une vie digne et exempte de pauvreté, grâce à un travail décent et une protection sociale intégrés dans un cadre fondé sur les droits.

  • Il existe dans le monde 100 millions de travailleur-euse-s à domicile qui contribuent à l’économie nationale et mondiale. Nous devons mener des activités de sensibilisation sur cet état de fait et faire en sorte que les gouvernements et le contexte contribuent à la promotion de ces travailleur-euse-s par le biais de politiques et de programmes de soutien. Nous devons également établir des liens avec les syndicats et obtenir leur appui, ainsi que celui des fabricants, des fournisseurs et des entrepreneurs et former des partenariats avec d’autres réseaux et organisations de travailleur-euse-s du secteur informel. Un travail de plaidoyer fondé sur de nouvelles recherches avec des données tangibles seront utiles pour contribuer au renforcement des capacités des dirigeant-e-s de ce secteur.

 

3. Le National Network of Immigrant & Refugee Rights (NNIRR) (Réseau national pour les droits des immigrants et des réfugiés) 

NNIRR œuvre à la défense et à l’élargissement des droits de tous les immigrant-e-s et réfugié-e-s aux États-Unis, quel que soit leur statut en matière d’immigration.

  • Pour nous renforcer, nous avons besoin de plus de soutien pour les organisations de la base et pour les initiatives d’autonomisation des différentes communautés d’immigrants et de réfugiés ! Il faut accroître la sensibilisation quant aux façons multiples dont les politiques d’immigration affectent la vie quotidienne des immigrants et de leur famille et une meilleure compréhension des « causes fondamentales » de la migration internationale et des possibilités d’agir sur ces causes afin que la migration soit une « option », et non pas une nécessité. Le renforcement de partenariats multisectoriels entre groupes de migrant-e-s, de femmes, de travailleur-euses, de groupes religieux, environnementaux et autres associations prônant la justice sociale et économique nous renforcera tou-te-s, tout comme le fait d’ouvrir les portes et d’inclure des migrant-e-s et de groupes de défense des droits des migrant-e-s au sein d’initiatives plus vastes, d’événements et de campagnes prônant la défense des droits et la justice.
Rassemblement du 1er mai à San Fransisco

 

4. International Domestic Workesrs Federation (IDWF) (Federation Internationale des Travailleurs Domestiques)

IDWF illeuses-eurs domestiques et à domicile. Nous estimons que le travail domestique est un travail et que tous les travailleuses-eurs domestiques et à domicile méritent de jouir des mêmes droits que tous les autres travailleuses-eurs. Notre objectif est de construire une organisation mondiale solide, démocratique et unie, de façon à protéger et à promouvoir les droits des travailleuses-eurs domestiques dans le monde entier.

  • Plus il y aura de travailleuses-eurs domestiques organisé-e-s, en ce compris les travailleuses-eurs domestiques migrant-e-s, plus nous parviendrons à faire entendre leur voix! Nous avons besoin d’un leadership féminin solide : plus de travailleuses domestiques doivent devenir les dirigeantes d’un secteur où 73 % de la main d’œuvre sont des femmes ! Nous n’aurons gagné que lorsque les travailleuses domestiques pourront jouir de leurs droits humains fondamentaux, y compris le droit au travail et la liberté de mouvement. Nous aurons gagné lorsque nous aurons établi de solides alliances avec d’autres secteurs et mouvements, depuis les féministes, en passant par les travailleur-euse-s informel-les, les migrant-e-s et les communautés autochtones.

 

5. Red de Voceros y Voceras Pára la Ya! Nada justifica la Violencia contra las Mujeres (Réseau de porte-paroles de « Arrêtez ! Rien ne justifie les violences à l’égard des femmes) 

Red de Voceros y Voceras est un réseau de porte-paroles de Valledupar qui luttent pour le respect des droits des femmes.

  • La stabilité économique est un élément essentiel pour notre mouvement. Actuellement, nous ne possédons pas les ressources nécessaires pour accéder à de nombreux endroits d’où l’État est absent et où notre présence en tant qu’activiste est requise. 

Série d'articles

Ce texte fait partie d'une série d'articles de blogs, qui partagent les réflexions et les opinions d’un éventail de mouvements militant pour la justice à travers le monde.

  1. En quoi nos mouvements croient-ils ?
  2. Que veulent nos mouvements ?
  3. De quoi nos mouvements ont-ils besoin pour se renforcer ?
  4. À Quoi Ressemble la Construction des Mouvements: La solidarité comme fondement
Category
Analyses
Region
Global