Informez-vous

Votre source d’information par excellence sur les dernières tendances touchant la justice de genre et les droits des femmes dans le monde

En temps de crise, savoir repérer les moments magiques de nos mouvements

Laila Malik

L’activiste autochtone Judith LeBlanc parle d’un moment « Standing Rock ».

La directrice de la Native Organizers Alliance et membre de la tribu Caddo d’Oklahoma évoque le ralliement mémorable de l’an dernier qui a regroupé pendant quatre mois les leaders élu-e-s de quelque 400 gouvernements tribaux à Standing Rock. Ce rassemblement constitue l’action directe la plus colossale de l’histoire des États-Unis. Action suivie récemment du soulèvement qui a mobilisé des milliers de personnes des nations amérindiennes marchant dans les rues de Washington DC. En rappelant ces événements, Judith Leblanc les décrit comme historiques, « des moments magiques au sein des mouvements de l’univers autochtone ».

« Il s’agit de l’un des plus grands soulèvement social que nous ayons jamais connu » affirmait LeBlanc à l’auditoire, lors d’une activité sur la résistance féministe à l’extractivisme tenue en marge de la Commission de la condition de la femme (CSW) de cette année.

Manifestation pour les droits des nations natives, Washington

Pour toutes les personnes qui tentent de trouver les moyens de favoriser l’autonomisation économique des femmes dans un contexte où règnent les crises politiques et économiques, il est crucial de saisir les occasions que présentent de telles situations.

Parce que les enjeux sont extrêmement élevés

Contextualisant le moment « Standing Rock » entourant la construction de l’oléoduc Dakota Access (DAPL, en anglais) qui menace l’eau potable de 17 millions de personnes, LeBlanc affirmait : « Nous sommes devant une administration [américaine] menée par les représentant-e-s des industries des combustibles fossiles. Ces personnes siègent dans pratiquement toutes les branches du gouvernement ».

Au cours des dernières années, l’AWID et le Solidarity Centre ont réalisé de vastes travaux démontrant les effets de l’accaparement des terres et de l’extraction des ressources naturelles, ayant pour seul but le profit, sur les droits humains, économiques, sociaux et culturels des femmes, et ce, à l’échelle planétaire.

Par exemple, la privatisation de l’eau oblige les femmes et les filles des foyers appauvris à parcourir de longues distances pour trouver des sources d’eau gratuites. Cette situation implique des risques pour la santé, alors que les ménages se tournent vers des sources où l’eau n’est pas traitée et pourrait donc propager des maladies. Il existe une longue histoire d’échecs en matière de programmes de privatisation de l’eau : entre 2000 et 2014, on compte 180 cas de remunicipalisation de l’eau dans les pays du Sud et du Nord. L’accès universel à l’eau saine et potable réduit le fardeau des femmes, que ce soit sur le plan du temps, de la santé et des soins, tout en protégeant les droits à la vie privée et en diminuant les risques de harcèlement ou d’agression sexuelle alors qu’elles s’approvisionnent en eau.

Naomi Dedei Otoo, du Syndicat des travailleurs d'utilité publique du TUC au Ghana, est présidente du Comité des femmes africaines de l’Internationale des services publics (ISP). Lors d’une autre session de la CSW, Dedei Otoo  souligne pourtant que dans la plupart des pays africains, l’eau est privatisée et son accès demeure hors de portée pour de nombreuses femmes. Elle appelait au rejet de toutes les formes de privatisation et de marchandisation de l’eau et exhortait les États à se servir des recettes fiscales pour mettre en place l’accès universel à une eau saine, propre, fiable et potable.

« L’eau, c’est la vie », a affirmé Dedei Otoo. « Nous devons la récupérer.»

Cependant, malgré les défis qui semblent immuables, LeBlanc et d’autres participantes, notamment Charo Mina-Rojas, afro-colombienne et activiste des droits humains et de la justice de genre, coordonnatrice nationale du plaidoyer et de la diffusion pour le Processus des communautés noires (Proceso de Comunidades Negras, PCN), insistaient sur trois éléments :

  • la vision à long terme entourant les systèmes opprimants et les mouvements qui leur résistent;
  • l’importance cruciale de poursuivre les mobilisations sur tous les fronts, dans toute leur diversité; et
  • en dernier lieu, tout simplement la nécessité de prendre source dans l’espoir et de le préserver.

Évoquant les siècles de luttes contre le capitalisme, le racisme et le patriarcat en Colombie, dans les Amériques et à l’échelle mondiale, Mina-Rojas a reconnu que « Nous n’avons pas beaucoup de paix et de liberté ».

« Mais nous avons beaucoup d’espoir. »

LeBlanc réitérait cet espoir, en abordant aussi le pouvoir de la solidarité entre les communautés et les mouvements.

« Il s’agit d’un moment où nous sommes visibles. Où nous existons. Où nos peuples et nos cultures démontrent leur résilience. »

Stop au Dakota Access Pipeline - Solidarité depuis San Francisco

Les incidences de cette mobilisation se font sentir concrètement.

LeBlanc indiquait qu’au cours des trois derniers mois, des milliards de dollars ont été retirés à 17 banques engagées dans des plans de transfert énergétique. « Nous en sommes à la racine du problème » faisait-elle remarquer, « c’est-à-dire la manière de traiter les terres, l’eau et l’air comme des marchandises plutôt que comme des dimensions sacrées de nos vies, avec lesquelles nous devons vivre en harmonie ».

Au bout du compte, en cette ère de crises mondiales croissantes, l’élément le plus important à retenir de la récente session de la CSW pourrait être celui-ci : l’appel des féministes et des militant-e-s des secteurs syndicaux, de la justice fiscale, de l’environnement, des Autochtones et des droits sexuels et reproductifs, et de tou-te-s celles et ceux qui portent plus d’un de ces casquettes, à entrer en contact et à se rallier encore plus fermement à travers toutes les sphères de luttes habituellement distinctes.

« Les coalitions naissent et disparaissent » commentait LeBlanc. « Les gens se rassemblent, par exemple pour travailler sur une mesure législative ou pour stopper un oléoduc.  Mais les mouvements sont éternels. Et les mouvements portent leur propre logique, ils fluctuent. Nous vivons parfois des ralentissements. Notre défi consiste à trouver le moyen de créer une infrastructure qui incite les gens à progresser dans la même direction. »

La force de cette infrastructure et celles des alliances inter-mouvements pourraient bien être ce qui mènera à d’autres moments comme « Standing Rock », pour les mouvements des droits humains et de la justice de genre à travers le monde.

Category
Analyses
Source
AWID