Engagez-vous

Prenez part à des actions collectives de solidarité envers des causes féministes et des défenseur·e·s en danger.

Rejoindre l’AWID maintenant

© Adolfo Lujan | Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Appel à lettres - solidarité avec les femmes incarcérées à tort au Salvador

C'est une opportunité vraiment historique de solidarité transfrontalière significative: le premier cas sur la criminalisation de l'avortement qui est soumise à la Cour interaméricaine des droits de l'homme. Nous savons que les acteurs anti-droits risquent d'inonder la Cour avec leurs propres opinions.

Nous espérons que vous ferez entendre votre voix en faveur des droits des femmes.


Au Salvador, depuis 1998, l'avortement est illégal en toutes circonstances. Lorsque les femmes qui font une fausse couche se rendent à l'hôpital, elles sont souvent signalées par le personnel médical à la police, puis inculpées et emprisonnées. Entre 2000 et 2019, 181 femmes qui ont souffert d'urgences obstétricales ont été criminalisées et condamnées à jusqu'à 50 ans de prison pour «avortement» ou «homicide aggravé».

L'une d'elles était Manuela, une mère célibataire rurale de deux enfants vivant dans la pauvreté qui a fait une fausse couche en 2008. Conduite à l'hôpital, elle a été interrogée et harcelée, a été dénoncée par les médecins puis envoyée en prison pendant 30 ans pour «meurtre aggravé " des charges. Elle est décédée en 2010 d'un cancer non traité et menottée à un lit d'hôpital.

La famille de Manuela et les organisations féministes locales ont porté son cas devant le système interaméricain des droits de l’homme. Le 11 et 13 mars 2021, la Cour interaméricaine décidera si El Salvador a violé les droits les plus fondamentaux de Manuela - y compris à la vie et à la santé.

On March 11-13, 2021, the Inter-American Court will decide if El Salvador has violated Manuela’s most basic rights - including to life and health.

C’est la première fois qu’il sera demandé à la Cour de se prononcer sur l’avortement. Cette affaire est donc importante non seulement pour Manuela et sa famille, mais aussi pour tous ceux qui se soucient de la vie des femmes en Amérique Latine et dans les Caraïbes. Et nous avons besoin de votre aide!

Comment pouvez vous nous aider?

  • Envoyez une courte lettre à la Cour interaméricaine (tramite@corteidh.or.cr) à tout moment avant le 31 mars 2021 en mentionnant «Manuela vs El Salvador» dans la ligne d'objet. Vous pouvez envoyer votre lettre en anglais, français ou espagnol.

  • Vous pouvez le faire en tant qu'individu ou en tant que collectif, organisation ou réseau. Nous fournissons un exemple de texte ci-dessous mais bien sûr, rédiger votre propre message est également le bienvenu.

  • Faites circuler cet appel auprès de vos contacts et encouragez-les à envoyer également des lettres à la Cour.

  • La Cour accepte également des Amicus Curiae, donc s'il s'agit d'une option pour votre organisation (ou pour un réseau dont vous faites partie), veuillez le faire (et faites-le nous savoir). Les amicus doivent également être envoyés à tramite@corteidh.or.cr avant le 21 mars 2021.

  • Assurez-vous de nous suivre sur les réseaux sociaux #ManuelaJusticiaYEsperanza et participez à la conversation.

Manuela's story - Solidarity with Women in El Salvador - full illustration FRENCH

 


Exemple de message

Ligne d'objet: Manuela vs El Salvador

À: Juges de la Cour interaméricaine des Droits de l'Homme
 

Cher(e)s Mesdames et Messieurs,

Je / Nous [nom de l'individu, du groupe, de l'organisation ou du réseau] vous écris / vous écrivons pour partager nos points de vue sur le cas Manuela vs El Salvador et pourquoi il est important pour les femmes des Amériques et du monde entier.

[Rendez-le personnel: ajoutez quelques lignes expliquant pourquoi l'issue de ce procès compte pour vous personnellement et / ou pour votre groupe, votre réseau ou votre mouvement].

Nous espérons en vous, en tant que mécanisme de défense des droits de l’homme le plus important des Amériques, que vous serez une voix forte pour affirmer les droits des femmes à la vie, à l’égalité, à la non-discrimination et à la santé grâce à votre décision dans l’affaire Manuela.

En tant que militante / militante engagée pour les droits des femmes et la justice pour toutes les femmes du monde entier, nous avons appris que:

  • La criminalisation complète de l'avortement est une forme de discrimination et de violence qui a un impact disproportionné sur les femmes et les filles qui sont économiquement et socialement marginalisées.
  • Lorsque des fausses couches et d'autres urgences obstétricales se produisent, les femmes et les filles plus privilégiées peuvent être traitées en privé et confidentiellement moyennant des frais, tandis que les femmes et les filles vivant dans la pauvreté ne peuvent seulement recourir aux établissements de santé publics où elles sont harcelées et criminalisées. Ce n’est pas seulement une question de justice reproductive, mais aussi de justice sociale.
  • Aucune femme qui a une urgence obstétricale ne doit être victime de harcèlement verbal de la part du personnel médical qui devrait la soigner, dénoncée à la police, menottée à un lit et / ou privée de soins lorsque sa vie et sa santé sont en danger. Nous savons que dans la plupart des cas, le personnel médical prend ces mesures pour se protéger d'éventuelles plaintes juridiques - c'est un autre effet néfaste de l'interdiction totale de l'avortement.

Nous attendons avec intérêt une décision qui honore la trajectoire de la Cour en matière de respect de tous les droits de l’homme pour toutes les personnes. Nous espérons que votre décision rendra l’État d’El Salvador responsable de la violation des droits de Manuela; et plus largement affirmera sa responsabilité d'empêcher la persécution par la police des femmes souffrant d'urgences obstétricales et de fournir réparation aux femmes qui ont été arbitrairement détenues et condamnées dans ces cas ou à leurs familles. Nous savons que votre décision est obligatoire pour tous les États sous votre juridiction et qu'elle peut donc être extrêmement utile pour prévenir des injustices similaires dans les Amériques. Cela peut aussi être une source d’inspiration pour tous ceux/celles qui luttent pour les droits des femmes et la justice dans le monde.

Nous comptons sur vous pour nous aider à faire en sorte qu'une femme ne soit plus jamais criminalisée pour avoir eu une urgence obstétricale dans les Amériques.

Sincèrement,

[Votre nom]

N'oubliez pas d'ajouter le logo et l'adresse de votre organisation, ou simplement votre adresse (e-mail et pays - ou votre adresse complète, si vous préférez) si vous écrivez en tant qu'individu.
 


Envoyez votre propre message
 

Partage