Informez-vous

Votre source d’information par excellence sur les dernières tendances touchant la justice de genre et les droits des femmes dans le monde

Pourquoi un Forum des féminismes noirs ?

Nana Darkoa Sekyiamah

Le Forum des féminismes noirs (BFF, pour Black Feminisms Forum) se tiendra les 5 et 6 septembre 2016, en préambule au Forum de l’#AWID organisé à Bahia, au Brésil.

Le BFF permettra à des féministes noir-e-s et afrodescendant-e-s venu-e-s de nombreuses régions du monde de se réunir pour célébrer les apports des féminismes noires aux connaissances, aux pratiques et aux luttes relatives à l’autodétermination et à la justice, mais aussi de renforcer la solidarité qui les unit et leur pouvoir collectif.

Le BFF est organisé par un groupe de travail composé d’identités multiples qui sont nées et travaillent dans divers pays du continent africain ou au sein de la vaste diaspora africaine. Dans les lignes qui suivent, certaines d’entre elles vous expliqueront pourquoi nous avons besoin d’un Forum des féminismes noirs.


Kimalee Phillip

Twitter: @KimaleePhillip | Instagram: @maroonisle

« Le processus structurel de construction de notre esprit se réoriente et se modifie quand nous sommes contraint-e-s de réagir à la violence, d’y répondre et de la vivre. Cette violence peut revêtir un caractère interpersonnel, intrapersonnel, intracommunautaire ou encore être imposée par un État. Mais toutes ses formes ont ceci de commun qu’elles sont calculées, qu’elles sont reliées à un certain type de corps et qu’elles persisteront tant que ces corps auront l’audace d’exister.

Puisque ces violences perdurent, le Forum des féminismes noirs (BFF) ne pourra exister hors de cette violence, même si celle-ci n’est pas sa raison d’être. Nous nous rassemblons parce que nous sommes attirées les unes par les autres : nos esprits sont en connexion et nous ressentons le besoin urgent de nous réunir. Les femmes noires du monde entier puisent dans les joies, les élans d’amour et les stratégies de survie des individus et des collectifs de femmes noires. Nous sommes africaines. Nous sommes noires. Nous sommes ici. Le BFF est un rassemblement particulièrement important parce qu’il nous permettra de mieux affirmer notre présence et surtout notre résolution à vitre, à aimer et à prospérer ! »

Née sur l’île de Grenade, Kimalee Phillip est une féministe noire anticoloniale qui lutte actuellement contre les violences étatiques et policières à Toronto. Elle œuvre également à la défense des droits humains à Grenade.


Amina Doherty

Twitter: @sheroxlox | Instagram: @aminaolayiwola

« Je pense que le Forum des féminismes noirs (BFF) est une occasion importante offerte aux féministes noires de se rassembler pour penser ensemble, élaborer des stratégies, rêver et construire en commun en tant qu’amies, collègues, membres de la famille et camarades. Je suis particulièrement impatiente à l’idée de créer une communauté de féministes noires qui transcendera les langues, les identités, les lieux et bien d’autres différences.

Notre famille noire a si peu d’espaces à sa disposition pour se réunir et parler… et par là, je veux dire pour « parler vraiment » : poser des questions sur les autres, débattre, apprendre, enseigner, partager nos traumatismes et nos peines, nous soutenir mutuellement, rire, pleurer et,simplement « ÊTRE » les unes avec les autres. Le monde a besoin d’un BFF car il a besoin d’un espace susceptible de soutenir, d’aider et de connecter la famille noire à l’échelle mondiale, une famille dont les membres ont une véritable passion pour la justice, l’amour, l’égalité, la créativité et la durabilité. »

Amina Doherty est une féministe africaine noire nomade, une artiste qui vit et aime dans tout le continent et dans toute la diaspora.


Sokari Ekine

Twitter @blacklooks  Instagram @blacklooks_

« Le Forum des féminismes noirs (BFF) est une expression du principe de RaSanBlaj – un moyen de se réunir dans l’amour, la résistance et l’imagination, en regardant toujours vers l’avenir tout en gardant le passé en mémoire. Nous vivons une période d’hyper-militarisme dans toutes les régions du mondes, une période où il est toujours plus difficile de pratiquer notre activisme dans un monde séduit par les facilités du matérialisme, une période où les soins que dispensons à notre corps et à notre esprit se sont mués en marchandises et ont été vidés de leur véritable profondeur.

Pour toutes ces raison, nous, féministes noires, avons besoin d’un espace à partir duquel il nous sera possible de contrecarrer ces évolutions et de nous engager dans la lutte pour faire des soins une véritable perspective politique qui doit être nourrie, protégée et reliée à la terre, à l’air que nous respirons, à la vie sur notre planète et à tous les éléments qui englobent notre humanité. »

Sokari Ekine is une féministe noire queer qui travaille à l’élaboration d’un récit photographique intitulé « Spirit Desire - Resistance, Imagination and Sacred Memories in Haitian Vodoun » (Désir de l’esprit – Résistance, imagination et mémoires sacrées dans le vaudou haïtien). Elle œuvre également à la lutte contre la violence avec des jeunes de Port-au-Prince, en Haïti.


Margo Okazawa-Rey

« Éprouvez-vous une lassitude (momentanée) dans la lutte pour les droits humains, pour des moyens de subsistance durables, pour la dignité et pour des espaces ouverts à l’amour et à la vie que vous menez pour vous-même, pour vos sœurs et pour vos communautés ? Avez-vous faim de la nourriture et du soutien que d’autres femmes noires peuvent vous procurer ? Éprouvez-vous le désir profond de partager notre abondance ? Avez-vous envie de danser, de lire de la poésie ou que l’on lise la vôtre, de jouer ou d’écouter de la musique, de faire de l’art et de baigner dans l’art avec vos sœurs ? Avez-vous besoin de découvrir des manières nouvelles et novatrices de penser et de pratiquer l’activisme qui vous permettront de sortir du marasme où vous vous trouvez ?

Si oui, le Forum des féminismes noirs est tout ce dont vous avez besoin, tout ce que vous voulez et appelez de vos vœux, tout ce que vous espériez. Rejoignez-nous et devenez le BFF ! »

Margo Okazawa-Rey est une féministe noire affable qui aime simplement la vie et le fait d’être en vie. Créer des connections est sa vocation : elle met les sœurs en contact au-delà des générations, des frontières et des événements ; elle crée des connections entre les idées, les actions et la réflexion ; elle relie le monde matériel au monde non matériel.


Patita Tingoi

Twitter @patita222

« Pour que les gens puissent s’exprimer librement, ils doivent évoluer dans un climat favorable à cela. Le BFF nous offre une belle occasion de réévaluer les réalités politiques de notre temps et créera l’espace nécessaire pour que progressent les contributions des féministes noires à la lutte contre le patriarcat et la suprématie blanche ainsi qu’à la décolonisation de nos corps et de nos communautés. »

Patita Tingoi est une féministe africaine panafricaniste et une animatrice communautaire.


Valérie Bah

Twitter @val_bah | Instagram: valdbah

« Ils veulent nous effacer. L’histoire est réécrite pour en extraire notre douleur, nos contributions et nos réalisations. Ils ont maquillé une actrice en noir pour qu’elle puisse jouer le rôle de Nina Simone dans un biopique. Hollywood prétend que c’est un homme blanc qui a jeté la première pierre lors des émeutes de Stonewall. Les femmes trans de couleur sont brutalisées et assassinées alors que les médias dominants détournent le regard et écrivent sans relâche sur les Taylor Swifts.

Nous avons besoin, maintenant autant qu’avant, de nous regarder droit dans les yeux, d’écouter ce que chacun-e a à dire, de nous tapoter le bras pour attirer l’attention des autres et d’affirmer que tout ceci n’est pas un cauchemar, que nous existons vraiment. Ils veulent nous effacer. »

Valérie Bah est une écrivaine, une conteuse virtuelle et la coordinatrice des supports en langue française au sein de l’AWID.


Jamila Abbas

« Je vois le BFF comme une possibilité qui nous est offerte de pénétrer, dans toute notre diversité, dans un puissant océan de féministes noires et de nous immerger dans un merveilleux voyage au cours duquel nous pourrons apprendre, partager et échanger toutes ensemble. Je pense que le BFF est un espace qui me permettra d’exprimer à la fois mes idées et qui je suis, de partager ce que ressens en tant que jeune femme noire et de prendre connaissance des points de vue des autres sur ce que sont le féminisme et le fait d’être Noir-e.

Je me réjouis à l’idée d’en savoir plus sur les différents mouvements et sur l’impact qu’ils parviennent à avoir. Le mélange des générations que propose le BFF est un paramètre particulièrement important. Nous pourrons en effet comprendre que les circonstances diffèrent en fonction des époques et que nous réagissons tous différemment selon le moment que nous vivons. Mais nous, jeunes féministes, pourrons aussi nous nourrir du point de vue des féministes plus âgées sur la situations actuelle. Pour moi, la force du BFF réside dans la diversité qu’il insuffle dans ce que nous avons de commun. »

Jamila Abbas est lycéenne passionnée de musique. Elle se passionne pour le rôle des médias sociaux dans la construction des mouvements.


Felogene Anumo

Twitter: @felogene | Instagram: @felogene1

« Le Forum des Féminismes noirs organisé à Salvador de Bahia est à la fois un événement et un processus important. Nous vivons une période difficile marquée par des crises multiples et simultanées : la militarisation et la privatisation de tous les aspects de la vie, une violence étatique et non étatique de plus en plus intense contre les personnes de couleurs dans le monde entier, des frontières coloniales plus présentes au dépens des peuples autochtones et colonisés, la montée du conservatisme, la répression des mouvements sociaux, des attaques contre notre liberté déguisées en discours anti-terroristes et enfin la contraction des libertés académiques qui avaient cours dans nos établissements scolaires et nos universités. Cette période exige de nous concision, imagination et amour radical.

Le BFF est un espace qui permettra aux féministes noires de tous âges et de toute tendances de relever ces défis. Un espace pour nous rassembler au-delà des générations, de la géographie et des mouvements, un espace pour réfléchir, dialoguer, célébrer, mettre en commun notre résistance et régénérer le mouvement. »

Felogene Anumo est née et a grandi au Kenya. Elle est une jeune féministe panafricaine qui se passionne pour la justice sociale.


Thenjiwe McHarris

Twitter @ThenjiweTM

« Pourquoi avons-nous besoin d’un Forum des féminismes noires ? Il est plus évident que jamais que c’est par l’analyse, l’organisation et l’amour dont feront preuve les combattantes féministes noires de la liberté dans le monde entier que nous obtiendrons notre libération. Maintenant, imaginez un Forum entièrement peuplé de ces combattantes. Voilà pourquoi.

Thenjiwe travaille actuellement au sein d’une équipe baptisée Blackbird, qui œuvre à la construction du mouvement en cette période historique où la lutte pour transformer le pays est marquée par le racisme contre les Noir-e-s, la violence étatique et la résistance noire.


Hakima Abbas

Twitter @HakimaAbbas

« À mes yeux, le BFF est enthousiasmant parce qu’il est un processus par lequel nous pouvons collectivement imaginer et construire des horizons féministes dans lesquels nous prospérerons, nous évoluerons et nous prendrons soin tant les un-e-s des autres que de la Terre.

J’imagine le BFF comme un espace dans lequel nous nous soutiendrons mutuellement dans l’amour et la tendresse, un espace où nous serons encouragées à être authentiquement et complètement nous-mêmes dans notre multiplicité, ce qui suppose aussi que nous bousculerons les un-e-s les autres, que nous aurons parfois des conversations difficiles qui nous priveront de notre confort et de nos privilèges et que nous tiendrons mutuellement responsables. J’imagine ce BFF comme un lieu de pratique de la liberté, de l’amour et de la solidarité. Je veux m’inscrire dans un espace où nous pouvons respirer, célébrer et être véritablement en contact les unes avec les autres. »

Hakima est une révolutionnaire. Quand elle ferme les yeux, elle voit, goûte et sent la chaleur de la libération dans la brise qui souffle. Elle aspire à cultiver la terre, à danser avec l’océan et à être entourée de rires d’enfants.


Nana Darkoa Sekyiamah

Twitter @nas009 | Instagram @dfordarkoa

« Nous avons besoin d’un Forum des féminismes noirs parce que, quand nous nous réunissons, nous devenons plus puissantes grâce à notre unité, à notre solidarité et à tout ce que nous avons en commun. Nous avons besoin de relier nos mouvements et de construire en compagnie de nos sœurs du continent et de la diaspora. Nous avons besoin de briser les divisions arbitraires qui résultent de l’esclavage et de la colonisation.

Consciemment et délibérément, il faut que nous nous rassemblions et que nous forgions des alliances pour continuer à œuvrer à la création du futur que nous voulons et dont nous avons besoin. »

Nana Darkoa Sekyiamah est une féministe africaine qui vit et travaille au Ghana.

 

Category
Analyses
Source
AWID Forum