Publications

Lisez nos recherches sur le financement, sur les défenseuses des droits humains, sur la création de mouvements, sur les fondamentalismes, la justice économique et beaucoup plus

Devenir membre

© ACDI/Katalina Morales

HRC34 : Une approche de la protection des droits de l’enfant dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 basée sur les droits de l’enfant

Résolution relative aux droits de l’enfant - A/HRC/RES/34/16

Cette résolution a été déposée par l’Uruguay, au nom du GRULAC (groupe Amérique latine et Caraïbes), et par l’Union européenne.

Elle encourage les États à adopter une approche centrée sur les droits de l’enfant dans la mise en œuvre du Programme 2030, conformément à leurs obligations dans le cadre du droit international, étayé par les principes des droits humains et des libertés fondamentales pour toutes et pour tous ; de l’égalité et de la non-discrimination ; du meilleur intérêt de l’enfant ; du droit de l’enfant à vivre, survivre et se développer ; de la participation, la pérennité, la transparence, la coopération internationale et la redevabilité.


Langage progressif :

  • Elle reconnaît que les enfants sont touché-e-s de façon disproportionnée par les situations d’urgence humanitaire complexes.
  • Elle reconnaît que l’engagement pris dans le Programme 2030 de ne laisser personne de côté suppose que l’on s’attaque aux multiples formes d’inégalité et de discrimination, et qu’il est l’occasion de lutter contre les injustices faites aux enfants, en particulier aux enfants marginalisé-e-s ou en situations de vulnérabilité.

Défis :

  • Les enfants et adolescent-e-s LGBTQI ne sont pas inclus-es dans la catégorie des plus marginalisé-e-s et vulnérables.

  • La résolution ne reconnaît pas que la mise en œuvre complète des objectifs du Programme 2030 en lien avec l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes et des filles ne peut être réalisée sans assurer le respect et la protection des droits sexuels et reproductifs des filles.

  • De même, en réaffirmant que l’enfant doit grandir dans le milieu familial, la résolution nie la violence vécue par les enfants dans le cadre de cette institution, et promeut en outre le modèle de la famille monolithique.

  • Bien que l’importance de l’intégration et de la participation des enfants soit au centre de la résolution, les enfants et jeunes organisé-e-s ne sont à aucun moment reconnu-e-s comme des partenaires ou des groupes avec lesquels les États et autres entités peuvent travailler à la mise en œuvre du programme de développement. Compte tenu du principe de l’évolution des capacités des enfants dans l’exercice de leurs propres droits, des efforts particuliers devraient être déployés pour renforcer et reconnaître les contributions des enfants et des adolescent-e-s.

Télécharger la résolution

 

Partage