Engagez-vous

Participer à des actions urgentes mondiales, trouver des emplois, des annonces, des événements, des webinaires et plus

Devenir membre

© Adolfo Lujan | Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Arménie: Harcèlement et menaces contre des défenseur-ses des droits humains LGBTI

Agir

Des défenseur-ses des droits LGBTI et des participants au premier forum LGBTI en Arménie sont la cible de harcèlement et de menaces personnelles depuis la publication d'un article sur le forum et ses participants le 20 octobre 2015.


L'ONG LGBTI Public Information and Need of Knowledge - PINK Arménie (information publique et besoin de connaissance), qui a organisé l'événement, a été fondée en 2007 pour promouvoir la sensibilisation du public au sujet des droits LGBTI et pour lutter contre la discrimination basée sur l'orientation sexuelle. Ils mènent des recherches sur le statut des personnes LGBTI en Arménie, coopèrent avec d'autres ONG pour combattre l'homophobie par le biais d'événements publics et de publications sur les réseaux sociaux.

Le premier forum arménien sur les LGBTI intitulé "Rainbow" (arc-en-ciel) a été organisé par PINK Arménie les 17 et 18 octobre dans la région de Lori; il visait à débattre des problèmes rencontrés par les personnes LGBTI, à développer une stratégie pour y remédier et des mesures pour lutter contre l'homophobie en Arménie. Près de 40 personnes de la communauté LGBTI et supporters ont participé à la rencontre.

Après le forum, le 20 octobre 2015, PINK Arménie a publié un article contenant une photo des participants qui a été diffusée par plusieurs médias. Depuis, les personnes visibles sur la photo sont harcelées sur les réseaux sociaux et en personne. Leurs noms ont été rendus publics et ils reçoivent des menaces de mort. Ces cas de harcèlement et de menaces ont été documentés et adressés au parquet arménien afin qu'il ouvre une enquête.

Front Line Defenders est préoccupée par le harcèlement des membres de PINK Arménie et des personnes qui ont participé au forum, ainsi que par les menaces de mort personnelles qu'ils reçoivent sur les réseaux sociaux et en personne. Front Line Defenders pense que ces actes visent à empêcher les défenseur-ses LGBTI de mener à bien leur plaidoyer légitime et pacifique en faveur des droits humains

Agir

Partage