Domaines prioritaires

Soutenir et renforcer les mouvements de droits des femmes du monde entier et les doter de ressources

Devenir membre

© CIMACPhoto | César Martínez López

S’opposer aux fondamentalismes religieux

Une menace pour l'égalité des sexes

Partout dans le monde, nous assistons à une montée des extrémistes et des mouvements anti-droits, aussi bien étatiques que non étatiques. La montée des fondamentalismes est liée à la géopolitique, aux inégalités systémiques (qui incluent les inégalités économiques), au militarisme, aux déplacements de populations ainsi qu’à d'autres facteurs politiques et sociaux.

Les fondamentalismes ont recours à des arguments fondés sur la religion, la culture et la tradition et parfois au nationalisme et à la souveraineté de l’État, pour justifier violences et  discriminations, ce qui entraîne des conséquences désastreuses pour les droits humains, la justice et l'égalité des femmes.

Les mouvements fondamentalistes visent en particulier les femmes et les filles, les minorités ethniques et religieuses, les personnes qui expriment une identité et/ou une sexualité non conformes à la norme et les personnes qui désapprouvent ou s’opposent aux fondamentalismes.

Des arguments basés sur la religion, la culture, la tradition et le nationalisme sont également avancés pour faire régresser les droits et les politiques à tous les niveaux - y compris dans le domaine du droit international. Ces arguments doivent être contestés. La violence qu'ils engendrent est inacceptable et ne peut être approuvée ou même tolérée.

Stratégie, renforcement, organisation

Des stratégies mieux élaborées et des actions concertées entre les mouvements qui luttent pour les droits humains et la justice sociale amélioreront notre pouvoir d’organisation contre les fondamentalismes. En outre, la protection et le renforcement des droits humains universels nous aideront à nous opposer aux États et aux groupes qui recourent à des arguments fondés sur la religion, la culture et la tradition pour échapper à leurs obligations en matière de droits humains.

Nous veillons à ce que les défenseur-e-s des droits humains aient accès à une information de grande qualité d’un point de vue féministe. Nous contribuons au dialogue et à la réflexion stratégique et facilitons le travail de plaidoyer des organisations de droits des femmes, des mouvements et autres groupes alliés. Pour contrer les fondamentalismes, nous encourageons le dialogue par delà les générations, les régions, les priorités spécifiques et les contextes religieux.

Nos actions

  • Générer et diffuser de l’information et des connaissances sur les tactiques que les mouvements fondamentalistes religieux utilisent pour accroître leur pouvoir et leur influence, ainsi que sur les stratégies que les activistes pour les droits des femmes mettent en place pour leur résister.
  • Créer des espaces de dialogue afin de développer une compréhension commune des enjeux, de perfectionner les capacités et renforcer la riposte face aux fondamentalismes religieux, quelles que soient les religions et les régions concernées.
  • Contester les fondamentalismes religieux avec nos allié-e-s par un travail de plaidoyer auprès des Nations Unies et d’autres organismes internationaux, nationaux et régionaux.
  • Coordonner un projet collaboratif, l'Observatoire de l'universalité des droits (OURs – site en anglais), qui surveille, analyse et diffuse de l'information sur les initiatives anti-droits qui menacent les systèmes internationaux et régionaux en faveur des droits humains.

« Les droits culturels ... ne sont pas une excuse valable pour violer les autres droits humains. Ils ne justifient pas la discrimination ou la violence. Ils ne constituent pas un permis d'imposer des identités ou des pratiques à d'autres (ou de les en exclure) en violation du droit international.»

Karima Bennoune, Rapporteuse spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels.

Contenu lié