Decrease Font Size Reset Font Size to Default Increase Font Size
A Propos de l' AWID
Qui sommes-nous Notre personnel Notre Conseil d’Administration Nos Donateurs Rapports Annuels de l'AWID FAQs Contactez-Nous
Nos Initiatives
Où est l’Argent pour les Droits des Femmes? Résister et s’opposer aux fondamentalismes religieux Défenseures des droits humains Renforcement des mouvements et organisations féministes Information sur les droits des femmes Le Forum international de l’AWID Influencer les pratiques et les acteurs du développement pour les droits des femmes Programme d'activisme des jeunes féministes
L'adhésion à l'AWID
À propos de l’adhésion à l’AWID Nos membres actuels-les Activités des Membres Rejoignez-nous! Renouveler votre adhesion Connecter à votre compte
Nos publications
Le financement pour les Droits Femmes Fondamentalismes Religieux Défenseures des droits humains Renforcement des Mouvements Efficacité de l'Aide L’impact de la Crise sur les Femmes Égalité des Sexes et Nouvelles Technologies Les Droits des Femmes et le Changement Economique
Actualités et Analyses
Les Droits des Femmes dans l’Actualité Enjeux et Analyses Dossiers du Vendredi de l’AWID Annonces Nouvelles Ressources Analyse spéciale : CSW 58 Analyse spéciale : Vienne+20 Analyse spéciale : Rio+20 Analyse spéciale : Directrice exécutive d'ONU Femmes Analyse spéciale : Programme du développement pour l'après 2015
Implique-toi
Actions Urgentes Evénements Appels à Participation Emplois S’abonner au notre bulletin électronique
 

Home Fr / Library / Les droits des femmes en 2009 : Quelques pas en arrière, quelques pas en avant

Les Droits Des Femmes En 2009 : Quelques Pas En Arrière, Quelques Pas En Avant

2009 a été une année de pertes et de gains pour les droits des femmes. Plusieurs campagnes pour l'égalité de genre ont connu des reculs dans certaines parties du monde - ou dans un domaine déterminé - et gagné du terrain dans d'autres.

par Masum Momaya

En janvier, Barak Obama a assumé comme 44e président des États-Unis. Il a rapidement révoqué la règle du bâillon mondial, rétabli le financement du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) en ce qui concerne l'accès à la santé sexuelle et, malgré la déclaration du pape Benoît en Afrique condamnant l’utilisation de préservatifs, a reconnu la nécessité d’enrayer la pandémie du VIH/sida de façon rapide et systématique.

Durant ce même mois, les droits sexuels et reproductifs ont été réaffirmés dans la nouvelle Constitution adoptée en Bolivie dont un chapitre entier est consacré aux droits des femmes.

À l'échelon international, la Commission des Nations Unies sur la population et le développement a adopté en avril une résolution qui met l'accent sur les droits humains, en particulier en ce qui concerne la sexualité. La résolution consacre l'engagement de garantir une éducation complète en matière de sexualité et d'égalité de genre, l'accès aux préservatifs masculins et féminins, les services de santé reproductive pour les adolescents et l'importance des droits sexuels et reproductifs pour le VIH/sida..[1] Quelques mois plus tard, les maladies et décès maternels ont finalement été reconnus comme problèmes urgents en matière de droits humains par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

La ville de Mexico a dépénalisé les avortements durant les trois permiers mois de la grossesse, provoquant une vague de restrictions dans plusieurs états du Mexique qui ont rapidement adopté des législations anti-avortements. Dans le même temps, le Nepal a promulgué une loi plus permissive en matière d’avortement, rendant celui-ci plus accessible.

Les jeunes activistes ont réalisé d'importants progrès cette année et ont été présentes en plus grand nombre que jamais aux conférences internationales de haut niveau, dont le Congrès international sur le sida en Asie et dans le Pacifique, la Conférence Asie Pacifique sur la santé et les droits sexuels et reproductifs , et le Forum des ONG sur la santé sexuelle et reproductive et le développement ainsi qu'au forum sur la gouvernance de l'Internet où elles ont prôné l'adoption de politiques fondées sur l'action et le consentement plutôt que sur la victimisation et la répression de la sexualité.

Beaucoup de GLBT ont fait l'objet de discrimination, de cruautés et ont perdu leurs droits au Burundi, aux Philippines, au Rwanda, et en Ouganda. Plusieurs activistes GLBT ont été assassinés au Honduras dans le contexte de violence et d’impunité qui règne dans ce pays et les autorités iraniennes ont exécuté des mineurs et des adultes accusés de sodomie. Pourtant, des victoires historiques ont été obtenues en Inde grâce à la décision du Haut Tribunal de New Delhi statuant le caractère inconstitutionnel de l'article 377 du code pénal. En outre, un centre GLBT a été reconnu légalement pour la première fois dans l’histoire de la Mongolie au bout de trois ans de lutte et une loi interdisant toute manifestation d’homosexualité au Nigeria a été freinée dans la chambre basse du parlement de ce pays.

La xénophobie et les attaques de fondamentalistes religieux contre les femmes et les droits des femmes continuent de se multiplier dans le monde entier tout comme la surveillance et les mesures de répression à l'encontre des défenseures des droits humains des femmes. La Suisse a interdit les minarets. Des églises ont également été attaquées en Malaisie. La province d’Aceh en Indonésie vient de promulguer une loi rendant l’adultère punissable de la peine de mort par lapidation. De plus, les groupes radicaux en Somalie sont devenus de plus en plus puissants. Cependant, lors du Parlement des Religions mondiales tenu à la fin de l'année, des dirigeantes ont reproché aux institutions religieuses ne pas faire assez pour promouvoir la paix, l'égalité des gens et les droits humains.

La montée du militarisme, les guerres et la répression violente continuent de frapper les femmes dans le monde entier, y compris en Afghanistan, en Tchétchénie, au Congo, à Fiji, à Gaza, en Guinée, au Honduras, en Irak, à Madagascar, en Somalie, au Sri Lanka, au Yemen et au Zimbabwe. Ces atrocités se sont traduites par une violence accrue à l'égard des femmes et aussi par un plus grand nombre de femmes réfugiées mais elles ont aussi servi de catalyseur à l'action d'organisations locales de femmes.
En septembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la Résolution 1888, dans laquelle il demande aux missions de paix de protéger les femmes et les jeunes filles de la violence sexuelle durant les conflits armés. Au Congo, les femmes ont gagné une longue bataille judiciaire pour obtenir une réparation pour les victimes de viol et les femmes qui ont entamé des poursuites judiciaires pour les fémicides commis à Ciudad Juarez ont fini par obtenir une sentence judiciaire condamnant le gouvernement du Mexique.

Sur le plan politique, les élections ont joué un rôle important, parfois positif et parfois négatif, pour les femmes en 2009. En Afghanistan, Hamid Karzai a sacrifié les droits des femmes sur l'autel de la politique, moyennant la promulgation d'une loi chiite répressive en échange de votes. Dans la période post-électorale en Iran, les autorités gouvernementales ont adopté des mesures de répression à l'encontre des dissidents politiques. Entre-temps, des femmes étaient élues au Parlement pour la première fois dans l'histoire du Koweït. En février, l’islandaise Johanna Sigurdadottir est devenue la première chef d’état au monde ouvertement lesbienne et a désigné des femmes à la tête des banques islandaises.

En 2009, les médias et les technologies de l'information et des communications (TIC) ont joué un rôle de plus en plus prépondérant dans la prise de conscience collective de droits des femmes. Les femmes ont demandé des explications à Google pour l'interdiction des services de publicité d'avortement dans 15 pays ; les manifestantes en Iran ont fait connaître leurs préoccupations par SMS ; des photos prises par téléphones portables ont fourni la preuve des viols commis contre des femmes en Guinée ; des femmes honduriennes ont utilisé la radio pour faire connaître leurs combats et des féministes arabes envoient des informations en direct sur twitter au Liban.

Par ailleurs, des journalistes comme Lubna Hussein au Soudan contestent les lois sur l’habillement et le traitement sexiste à l’égard des femmes dans les média. Les journalistes Laura Ling et Euna Lee ont été détenues en Corée du Nord ; leur libération ont fait les premières pages de l'actualité dans les médias, ce que les défenseurs des droits des femmes ont capitalisé pour attirer l'attention sur la situation désespérée des femmes coréennes réfugiées en Chine.

En ce qui concerne l'environnement, l'année 2009 a mis en évidence l'impact considérable des conflits actuels pour le pétrole et le gaz, les débats sur les biocarburants et les effets de plus en plus préoccupants du changement climatique. D'autre part, un Centre mondial pour les droits fonciers des femmes a été lancé en octobre et, en novembre, des représentants des peuples autochtones du monde entier se sont retrouvés au Forum mondial sur la souveraineté alimentaire des peuples pour réaffirmer leur droit à cette nécessité de base. Les femmes ont également poursuivi leur action de sensibilisation et d'atténuation de l'impact des changements climatiques aux échelons locaux mais ont dû se retirer de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques tenue à Copenhague en raison des nombreuses restrictions imposées à leur participation, conférence qui a abouti à un petit nombre d'accords contraignants concrets pour les gouvernements dans la réduction du réchauffement global.

Sur le plan économique, la crise systémique a accentué l'appauvrissement d'un plus grand nombre de femmes, en particulier en raison de la persistance de la crise alimentaire, de la hausse du chômage et de nouvelles réductions des dépenses sociales. Les femmes migrantes ont été particulièrement vulnérables à la perte d'emploi en 2009, et beaucoup se sont tournées vers des secteurs tels que le travail sexuel où l’ accès à la protection sociale et aux soins de santé est plus limité et le risque d’une infection par le VIH augmente de façon exponentielle. Qui plus est, les mesures de relance adoptées dans la plupart des pays n’ont pas tenu compte de la question de genre et n’ont pas été basées sur les droits humains ; elles n’ont guère favorisé la création d’emplois dans les secteurs à main d’oeuvre essentiellement feminine.
Les femmes ont cependant insisté sur la nécessité d’une réforme de l’architecture financière mondiale , y compris le démantèlement du G8 et du G20 ; de plus, grâce à une organisation et une mobilisation constantes, les défenseurs des droits des femmes et leurs alliés de la société civile ont gagné un accès et une influence sans précédent dans le processus d'efficacité de l'aide.

La crise systémique a également impliqué une réduction du revenu national brut d'un grand nombre de pays donateurs de l'OCDE qui va probablement se traduire par une diminution de l'aide en 2010 et dans les années postérieures, y compris des réductions proportionnelles du financement destiné à l'égalité de genre.

D'importants fonds spéciaux ont toutefois continué de cibler les programmes d'égalité de genre, en particulier le MDG3 Fund des Pays-Bas, le Global Program for Gender Equality du gouvernement suédois et le nouveau Fund for Gender Equality de l'UNIFEM.

L'intérêt pour « investir dans les femmes » a également été réitéré en 2009 notamment par la Clinton Global Initiative, Goldman Sachs, la revue The Economist et le livre Half the Sky. Les bailleurs de fonds ont dûment pris note et ont effectué certains investissements dans ce sens même si ces campagnes n'ont pas nécessairement été accompagnées d'arguments solides en faveur de l'égalité de genre et des droits des femmes.

Au début de l'année 2009, les Nations unies ont été accusées d’avoir couvert une série de cas de harcèlement sexuel mais les défenseurs des droits des femmes ont pu célébrer le succès de la campagne GEAR et l'adoption par l'Assemblée générale des Nations Unies, d’une nouvelle institution sur l'équité de genre au sein de l'Organisation des Nations Unies. La nouvelle institution va regrouper les organismes actuels des Nations Unies chargés de la question des femmes et sera doté d’un statut politique de haut niveau, d'une capacité opérationnelle au niveau des pays ainsi que d'une fonction de formulation de politiques à l'échelle mondiale. Finalement, dans les derniers mois de l'année, l'organisation et la mobilisation en vue de Beijing +15 battaient leur plein dans toutes les régions car cet anniversaire promet d'être l'un des moments les plus mémorables et plus propices à la réflexion sur les droits des femmes en 2010.

[1] www.iwhc.org/index.php?option=com_content&task=view&id=3627&Itemid=1119

Note: Cet article est également posté sur le blog Gender Across Borders.

Licence de l'article: Creative Commons - Titulaire de la licence de l'article: AWID